Email: contact@makerojavagreenagain.org

Make Rojava Green Again

Recent news about the campaign!
12
Aug

Reber Apo est un permaculteur – Permaculture et transformation politique dans le nord-est de la Syrie

Si Reber Apo, le chef emprisonné du mouvement de libération kurde, était un jardinier, je m’attendrais à ce que son jardin soit coloré et sauvage, débordant au-delà de ses frontières, un glorieux mélange de légumes, d’arbres, de fleurs et de vignes. En m’inspirant de ses écrits sur la transformation politique, je l’imagine comme permaculteur, créant des jardins basés sur la sagesse de la nature. La permaculture est un système de conception qui vise à rendre les espaces écologiques durables et productifs. Mais l’approche s’oriente aussi vers d’autres types de design, qu’il s’agisse d’architecture, d’urbanisme, de structures organisationnelles ou même de systèmes politiques. Le mot vient d’une combinaison de “permanent” et de “culture”, donc fondamentalement, c’est une tentative de développer une culture de la permanence. Dans ce cas, permanent ne signifie pas statique – comme la nature, le système doit croître et se développer en réponse aux changements internes et externes – mais permanent en ce sens qu’il n’est pas orienté vers l’autodestruction comme le sont généralement nos systèmes agricoles actuels.

La permaculture adopte une approche centrée sur les valeurs, de sorte que l’éthique du “soin de la terre, soin des personnes et partage équitable” est centrale, et de là, des résultats productifs et durables lui donnent forme. La permaculture est un système holistique – elle insiste pour que nous n’examinions pas seulement les éléments constitutifs d’une conception, mais aussi les relations entre eux et la façon dont ils se rejoignent pour créer un tout. Un jardin de permaculture vise à s’inspirer de la façon dont les systèmes écologiques se nourrissent dans la nature, avec le dicton “penser comme une forêt, agir comme une prairie” donnant un aperçu poétique de l’approche de la permaculture. Les forêts et les prairies sont tous deux des écosystèmes qui entretiennent une étonnante diversité de vie au sein d’un système à boucle fermée et résilient. Ils n’ont pas besoin d’engrais externes, de pesticides chimiques ou de systèmes d’arrosage artificiels. Pourtant, elles abritent un nombre impressionnant d’espèces végétales et animales, ainsi que d’innombrables champignons, bactéries et microorganismes dans le sol, qui sont également essentiels à la santé du système. Un jardin de permaculture chercherait à reproduire ces modèles et ces relations. Plutôt que de cultiver des plantes en rangées isolées, un jardin de permaculture regrouperait les plantes pour qu’elles puissent travailler ensemble. Un exemple classique de cela – tiré du savoir indigène – est le schéma de plantation des “trois sœurs”. Le maïs, les haricots grimpants et les courges sont cultivés ensemble, de sorte que les courges couvrent le sol pour garder l’humidité dans le sol, les haricots grimpants apportent au sol les nutriments dont les autres plantes ont besoin et le maïs fournit une structure grimpante aux haricots. Ainsi planté, ce potager préserve la qualité du sol, réduit les besoins en eau et améliore la récolte, ce qui le rend durable et efficace. C’est l’une des nombreuses approches que la permaculture exploite à travers ses douze principes, qui englobent des concepts tels que “ne produire aucun déchet”, “utiliser et valoriser la diversité”, “utiliser et répondre de manière créative au changement” et “concevoir du modèle au détail”.

Faisant le saut des jardins aux approches révolutionnaires dans l’organisation politique, nous pouvons voir beaucoup de parallèles utiles qui nous montrent comment construire des mouvements, des organisations et des communautés qui sont productifs, durables et holistiques. Mais avant d’explorer les compatibilités de la permaculture et de la transformation politique, examinons pourquoi cela a du sens de le faire.

Une raison a déjà été mentionnée : la permaculture adopte une approche holistique pour développer des stratégies et des solutions, et avoir un cadre cohérent est crucial pour avoir une stratégie politique efficace. C’est là une force de l’idéologie de la libération kurde telle qu’elle a été façonnée par Reber Apo et plus récemment, du Nouveau Paradigme. Elle adopte déjà une approche idéologique holistique, reconnaissant l’interconnexion entre le patriarcat, le capitalisme, l’État et la destruction écologique. Trop souvent, en Occident, nous luttons entre les questions, sans développer ou exprimer une idéologie cohérente qui mette en évidence et défie efficacement les causes structurelles de ce contre quoi nous luttons.

La permaculture est également un outil utile pour développer une nouvelle façon de faire de la politique, moins marquée par les relations dominantes qui ont caractérisé la politique depuis l’avènement de l’État. Le patriarcat et le capitalisme établissent des relations dominantes entre les peuples, tout en établissant une relation dominante avec l’environnement. Ainsi, la façon dont nous sommes en relation les uns avec les autres est inextricablement liée à la façon dont nous sommes en relation avec la nature, et nous pouvons nous tourner vers la nature pour une approche différente. Une nouvelle façon de faire de la politique, c’est faire de la politique à la manière des femmes (une façon qui rejette les approches patriarcales) et d’une manière écologique, et la permaculture peut nous éclairer sur ce à quoi pourrait ressembler une manière écologique de faire de la politique.

La transformation politique qui s’est produite à travers la révolution de Rojava dans le nord-est de la Syrie reconnaît l’importance de ce changement de mentalité, c’est pourquoi il est particulièrement intéressant d’analyser le mouvement à travers le prisme de la permaculture. Un principe de la permaculture qui donne lieu à des analyses intéressantes est “l’utilisation créative et la réponse au changement”, qui est parfois conceptualisé comme “le problème est la solution”. Ce principe vise à dire que parfois, lorsque les choses ne vont pas comme elles le devraient, la solution réside dans le problème. L’exemple le plus célèbre est que si votre jardin est envahi par les limaces, plutôt que d’investir dans des pesticides chimiques ou de passer des heures à arracher les limaces des feuilles de laitue, vous pourriez introduire quelques canards dans votre jardin. Les canards croqueront volontiers les limaces tout en produisant de délicieux œufs et un engrais sain pour votre jardin. Sur le plan politique, “utiliser de manière créative le changement et y répondre” peut signifier n’importe quoi, allant de la réorientation des slogans et des marques virales de droite avec notre propre message (“Make Rojava Green Again” peut en être un exemple) à l’utilisation du chaos et de l’effondrement des systèmes politiques et économiques actuels pour organiser et construire une résistance. Il s’agit aussi d’être capable de voir les choses d’une manière non conventionnelle. Le nouveau paradigme du mouvement de libération kurde en est un exemple intéressant. Pendant longtemps, il a été considéré que la réponse au “problème kurde” serait un État kurde. Mais à travers le nouveau paradigme, le problème lui-même devient la solution – l’apatridie est la réponse à la manière de construire un système politique véritablement libéré.

La permaculture nous apprend aussi à “utiliser et valoriser les marges et les bords ” et à “utiliser et valoriser la diversité”. Dans le jardin, il s’agit d’utiliser des techniques de polyculture, comme le schéma de plantation des “trois sœurs” décrit ci-dessus. Elle reconnaît que la monoculture – n’avoir qu’un seul type de plante – n’existe pas dans la nature, ou est un symptôme d’un système déséquilibré. En outre, nous pouvons observer que les espaces entre les systèmes – les “marges et les bords” – sont des zones de grande diversité et productivité. Il s’agit d’espaces comme les marécages ou les rives des rivières, où des formes de vie uniques se développent et s’épanouissent. Ces principes s’appliquent à l’organisation politique de nombreuses façons qui sont englobées dans le confédéralisme démocratique. La modernité démocratique embrasse la diversité et la pluralité, rejetant les tendances hégémoniques et fascistes de la modernité capitaliste et du système étatique. En politique, nous embrassons les limites en nous organisant au fur et à mesure que nous côtoyons les communautés marginalisées. Le mouvement de libération kurde nous apprend aussi à ne pas concentrer toute notre énergie sur le centre du pouvoir – l’État et les entreprises – mais aussi à construire le pouvoir à la périphérie, dans la société et dans les lieux où l’État n’a pas le monopole du pouvoir. De cette façon, vous êtes en mesure de faire croître la révolution sur un terrain fertile, avec de nombreuses voix qui alimentent le processus et qui embrassent la diversité qui donnera un système révolutionnaire durable.

Un système véritablement durable est capable d’absorber et de travailler avec le changement, en restant fidèle aux valeurs qui sont au cœur du système tout en ajustant les méthodes. Le principe de la permaculture qui décrit cette approche est “d’appliquer l’autorégulation et d’accepter la rétroaction”. En termes simples, cela signifie ne pas prendre plus que ce dont vous avez besoin, être conscient de l’impact de vos actions sur le monde qui vous entoure et réajuster continuellement votre approche pour vous assurer que vous êtes en accord avec les valeurs qui sont au cœur de votre travail. Il ne faut pas beaucoup d’efforts pour voir comment cela s’applique aussi bien à l’écologie qu’à la politique. Ce concept s’inscrit dans le cadre de l’approche zapatiste “en marchant, nous posons des questions”, qui résume comment la révolution est un processus continu qui exige une réflexion, un questionnement et un réajustement constants de notre chemin. Le tekmil, la pratique de la critique et de l’autocritique du mouvement de libération kurde, est également cruciale dans ce processus. En critiquant et en évaluant notre travail, nous nous assurons de rester sur la bonne voie et d’être aussi efficaces que possible. On peut citer à titre d’exemple les récentes actions de l’Administration autonome visant à adapter le rôle de Tev Dem pour aider les communes du quartier à travailler d’une manière véritablement démocratique, ainsi que les changements apportés par le Comité de l’économie pour renforcer la nature collective des coopératives, plutôt que de trop agir comme des initiatives privées.

En démantelant la frontière entre les domaines politique et écologique, nous pouvons renforcer notre capacité à construire des mouvements résilients, dynamiques et efficaces. Le confédéralisme démocratique et le mouvement de libération kurde ont une affinité naturelle pour la pensée écologique, il n’est donc pas surprenant que le nouveau paradigme place la durabilité écologique comme l’un des trois piliers fondamentaux d’une approche révolutionnaire. Comme les valeurs écologiques au cœur de la révolution sont appliquées à la réalité du nord-est de la Syrie, la permaculture peut être un outil utile pour encadrer l’approche environnementale. Inversement, les mouvements politiques occidentaux ont du mal à intégrer de manière significative la durabilité dans des mouvements politiques plus larges, et les campagnes écologiques adoptent souvent une approche hautement technique et centrée sur l’État. En intégrant une approche de permaculture dans notre organisation politique, nous pouvons développer une politique plus holistique et cohérente. Nous pouvons nourrir une révolution fondée sur la réciprocité et la diversité, qui nous permet de vivre librement les uns avec les autres et avec la nature.

Pour plus d’informations sur la permaculture, consultez les sites :

http://www.labofii.net/docs/13attitudes.pdf

https://permacultureprinciples.com/

Leave a Reply

You are donating to : Make Rojava Green Again

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
Loading...